Kendrick Lamar bombarde les salles avec Black Panther

Kendrick Lamar bombarde les salles avec Black Panther

Inévitable : le rappeur est l’auteur de la bande son du nouveau blockbuster de Marvel sorti ce 15 février dans les salles.

Kendrick Lamar et Anthony Tiffith ont collaboré avec Ryan Coogler pour composer, écrire et produire la bande originale du long métrage.
Fraîchement couronné par six victoires aux VMA 2017, Kendrick Lamar est l’un des rappeur les plus diffusés de sa génération. Son précédent album “DAMN.” cumule plus de 2 milliards de streams.

Le californien de renom partage la tracklist officielle avec SZA, The Weeknd, Anderson Paak et Schoolboy Q. Une programmation qui s’annonçait aussi épique que le film…

Un succès sans appel.

Avec un casting all-stars, et le soutien total de Marvel Studios pour le rappeur la réussite était garantie. Néanmoins, le résultat vaut largement nos espérances. Ce qui aurait pu être un simple défilé gonflé de grands noms est l’une des sorties les plus osées et excitantes de l’année !
A l’écoute de l’album, musicalement expérimental, agressif et addictif, on ressent l’indéniable sensation que le label ‎Top Dawg Entertainment domine le rap West Coast.

En faisant appel à des vétérans de confiance – comme le grand Anderson Paak, Schoolboy Q, Vince Staples, SZA ou The Weeknd – et à des stars internationales – Yugen Blakrok et Sjava – pour le même album, Kendrick a dynamité le film avec une bande son aussi inoubliable que ce dernier. Un exploit rare qu’ils ont réussi avec brio.

Aux côtés des stars américaines que tout le monde connaît déjà, Jorja Smith et James Blake font tous les deux des apparitions bienvenues. Quant au style audacieux, les surprises sont également au rendez-vous grâce à d’assoiffés artistes émergents : SOB X RBE, Khalid, Reason et Mozzy.

Et le jeune groupe SOB x RBE a prouvé qu’ils pouvaient s’accrocher aux meilleurs ! Dissimulé au milieu de la tracklist, « Paramédic! » au rythme hystérique, s’insuffle dans le projet telle une revigorante bouffée d’énergie. S’attaquant à l’un des titres les plus complexes de l’album ils s’attellent avec ardeur à suivre le verset d’ouverture de Kendrick et conservent cette allure haletante jusqu’à la fermeture exécutée par Yhung Tho. Jolie prouesse menée par la complémentarité parfaite des membres du groupe – Yhung TO, DaBoii, Slimmy B, and Lul G -.

Ode à la musique Africaine

Parmi l’apparition de guests et de jeunes talents en devenir, ce sont celles de quatres artistes africains qui sont les plus intrigantes. De chacun de leurs morceaux respectifs se dégage un souffle unique et affirmé.
Saudi adouci  « X » de Schoolboy Q avec son rap Auto-accordé aux effluves légères et arabiques, Yugen Blakrok et son verset tordant pimp « Opps » de Vince Staples, Babes Wodumo nous ballade de son chant lisse sur « Redemption » en feat avec Zacari, et Sjava et son chant soul africain s’accorde délicieusement avec Mozzy et Reason sur  » Seasons. »

Une fascinante mise en bouche qui représente seulement la surface immergée de l’iceberg qu’est la culture sud-africaine.

Et excellente nouvelle, cette bande son décapante serait d’ailleurs parue en vinyle… Lourd !